Brocante Antiquités La Gargouille

Brocante La Gargouille: Livres d'occasion et anciens.

Collection Découverte Gallimard
« Découvertes Gallimard », dirigée depuis 1986 par Élisabeth de Farcy, est une collection encyclopédique illustrée au format poche, s'adressant aux adultes et aux adolescents. Sans plan systématique, elle rassemble plusieurs centaines de monographies dues à des spécialistes reconnus dans leur discipline, qui sont associés étroitement à la mise en scène graphique de leur texte.
Une mini encyclopédie à emporter partout avec un format poche

une présentation idéale pour nos zappeurs: des petits textes avec des photos, des images, des shémas


L'éditeur fait appel aux universitaires et aux conservateurs pour la rédaction de cette collection
D’HIER À AUJOURD’HUI
« Découvertes Gallimard » est née au sein du pôle documentaire de Gallimard Jeunesse, sur une idée de Pierre Marchand. Deux collections de poche l'avaient précédée : « Découvertes cadet » en 1983 et « Découvertes benjamin » en 1984. « Découvertes Gallimard » devait, elle, s'adresser aux juniors ; ainsi la marque Découvertes serait au documentaire ce que Folio était depuis la fin des années 1970 à la littérature pour enfants, par la voie de ses séries (Folio cadet, junior... ). Mais de fait, c'est une toute autre aventure qui commençait.
Car « Découvertes Gallimard » constituait à elle seule une de ces révolutions graphiques et éditoriales dont Pierre Marchand avait le secret. Et l'événement dépassa bien vite le cadre de l'édition pour la jeunesse : la presse désigna bientôt la collection comme le « Que sais-je ? » de l'an 2000 ; un raccourci qui, s'il n'est pas exact à l'égard de la conception générale de la collection et à sa place dans l'édition du savoir, aide à comprendre la perception qu'en ont eu les médias et le lectorat. En librairie, les « Découvertes » allaient bientôt passer au rayon adultes.
« On a jamais vu autant de choses entre la première et la dernière page d'un livre », tel est le slogan proposé par l'agence de publicité de Pascal Manry pour le lancement de la collection. Vu, notons-le bien, et non pas lu. Car la nouveauté réside dans l'orchestration subtile du texte et de l'image documentaire, où se succèdent séquences, encarts, dépliants, chevauchements audacieux en double page… Une prouesse graphique, qui relève une maîtrise nouvelle des toutes les potentialités de la chaîne PAO-photogravure-impression. La coordination éditoriale est confiée à Élisabeth de Farcy : choix des auteurs, organisation des campagnes iconographiques… Plusieurs éditeurs et iconographes sont sur le pont ; des trésors d'illustration sont extraits des ressources patrimoniales.
« Découvertes Gallimard » prend un départ rapide : 105 titres paraissent en cinq ans ! La collection passe les frontières dès 1989, avec un premier coéditeur espagnol… 19 pays seront associés finalement à l'aventure. La collection connaît sa plus grande activité au tournant des années 1990 ; les auteurs sont majoritairement recrutés chez les universitaires et les conservateurs. La concurrence émerge dès le milieu de la décennie ; tirage et nouveautés diminueront, baisse en partie compensée par un important travail sur le fonds et une politique originale d'édition de hors série. Aujourd'hui, c'est une quinzaine de titres anciens de la collection qui sont remis à jour chaque année, suivant l'actualité culturelle et de la recherche scientifique.
L'histoire est la discipline maîtresse de « Découvertes ». Complétée par l'archéologie, riche en illustrations inédites, et l'histoire de l'art et des sciences, elle forme un socle éditorial solide. Les monographies d'artistes, souvent publiées à l'occasion de grandes expositions, sont nombreuses, avec une prédilection pour les peintres et musiciens. Mais ces deux ensembles ont tendance à laisser place ces dernières années aux monographies sur la mémoire des lieux et des grandes institutions, ainsi qu'à divers aspects sociologiques et religieux. Les « Découvertes » consacrés à des écrivains sont également plus nombreux.
La collection subit deux relookages successifs, l'un en septembre 1998 (n° 359) pour la maquette extérieure (dos de couleur, signalétique plus explicite), l'autre en mars 2000 (n° 390) pour la mise en pages intérieure (rapport texte/légende modifié, détourage et morcellement du texte moins fréquents, intertitres non soulignés…). Objectif : gagner en lisibilité linéaire sans perdre en dynamisme graphique. La partie « Témoignages et documents » est raccourcie, la pagination moyenne des volumes diminue.
Tous ces changements ne sont pas anodins. La collection, qu'on a voulu trop vite associer à une culture visuelle du zapping en même temps qu'on en louait les mérites, réaffirme son premier dessein : l'image ne prime pas le texte, elle s'allie à lui pour animer et enrichir la lecture.
La fin de l'année 2006 est marquée par la célébration du 20e anniversaire de la collection et par la parution de son 500e titre consacré à L'Art brut. A cette occasion un site web est créé pour la collection, www.decouvertes-gallimard.fr, qui proposera d'ici la fin du premier semestre 2007 le feuilletage de tous les livres de la collection et la recherche full-texte et thématique sur leur contenu textuel... un vrai outil pour une encyclopédie de notre temps.

(Source éditions Gallimard)
Aucun commentaire
Ajouter un commentaire
Pseudo
Email (facultatif)
Commentaire
Copier lꞌimage