Brocante Antiquités La Gargouille

Brocante La Gargouille: Livres d'occasion et anciens.

Nouvelles
Illustrateur très Vintage
Paul Durand Illustrateur
Paul Durand est un dessinateur, illustrateur et peintre français né à l'île de Bréhat le 20 janvier 1925 et mort à Guerville (Yvelines) le 30 juin 1977.

Il est particulièrement connu pour ses nombreuses illustrations de la Bibliothèque Verte et Rose et ses couvertures de la collection « J'ai lu ». Il a également collaboré à de très nombreux journaux et magazines parmi lesquels Jours de France, Le Figaro littéraire, Paris-Presse, Le Pèlerin, Lectures pour tous et Télé 7 jours.

∗∗∗∗∗∗∗∗∗∗∗∗∗∗∗
Collection Découverte Gallimard
Bibliothèque Foilio Junior- Gallimard
Belote et Laidronnette
Source éditions Gallimard
Belotte et Laideronnette- Belotte et Laidronnette- Belote et Laidronette

La littérature en poche pour les lecteurs de 10 à 16 ans. Folio Junior a créé un fonds, ancien ou moderne, actuel pour chaque nouvelle vague de lecteurs, qui résiste à l'épreuve du temps. Un éventail de titres où s'équilibrent les classiques à redécouvrir, les inédits français, les grandes traductions indispensables, sous de somptueuses couvertures réalisées par les meilleurs artistes contemporains.
source Gallimard jeunesse
« Découvertes Gallimard », dirigée depuis 1986 par Élisabeth de Farcy, est une collection encyclopédique illustrée au format poche, s'adressant aux adultes et aux adolescents. Sans plan systématique, elle rassemble plusieurs centaines de monographies dues à des spécialistes reconnus dans leur discipline, qui sont associés étroitement à la mise en scène graphique de leur texte.
Editions Rageot Hatier- collection Cascade
Historique
En 1941, Tatania et Georges Rageot fondent les éditions G.T. Rageot, pour "donner à lire autre chose aux enfants que la comtesse de Ségur ou Jules Verne et leur faire découvrir à travers des romans d'auteurs étrangers la vie des enfants des autres pays". 113 titres sont publiés entre 1941 et 1959, date du rachat par les éditions Hatier. Elle continue toutefois d'être dirigée par Tatania Rageot - Georges Rageot décède en 1950 - jusqu'en 1971. En 1972, elle est reprise par leur fille, Catherine Scob, qui travaille aujourd'hui avec sa propre fille, Caroline Wetsberg.
La rachat par Hatier marque la création des éditions de l'Amitié. Près de 200 titres sont publiés dans la collection de l'Amitié. Apparaissent ensuite toute une série de collections dérivées, dont Ma première amitié, en 1978 et Jeunesse poche en 1971, la première collection de poche pour les jeunes (en quatre série, policier, aventure, anticipation, espionnage). Ces collections ont fait découvrir des nombreux auteurs, comme Michel-Aimé Baudouy, Anne C. Veslty, Yvan Maufret, Betsy Biars, Maria Gripe ou Susie Morgenstern.
Tout ces titres se retrouvent aujourd'hui dans la collection Cascade, créée en 1989. Avec une vingtaine de titres par an, elle se décline par thème, aventure, policier, contes.
D’HIER À AUJOURD’HUI



« Découvertes Gallimard » est née au sein du pôle documentaire de Gallimard Jeunesse, sur une idée de Pierre Marchand. Deux collections de poche l'avaient précédée : « Découvertes cadet » en 1983 et « Découvertes benjamin » en 1984. « Découvertes Gallimard » devait, elle, s'adresser aux juniors ; ainsi la marque Découvertes serait au documentaire ce que Folio était depuis la fin des années 1970 à la littérature pour enfants, par la voie de ses séries (Folio cadet, junior... ). Mais de fait, c'est une toute autre aventure qui commençait.



Car « Découvertes Gallimard » constituait à elle seule une de ces révolutions graphiques et éditoriales dont Pierre Marchand avait le secret. Et l'événement dépassa bien vite le cadre de l'édition pour la jeunesse : la presse désigna bientôt la collection comme le « Que sais-je ? » de l'an 2000 ; un raccourci qui, s'il n'est pas exact à l'égard de la conception générale de la collection et à sa place dans l'édition du savoir, aide à comprendre la perception qu'en ont eu les médias et le lectorat. En librairie, les « Découvertes » allaient bientôt passer au rayon adultes.



« On a jamais vu autant de choses entre la première et la dernière page d'un livre », tel est le slogan proposé par l'agence de publicité de Pascal Manry pour le lancement de la collection. Vu, notons-le bien, et non pas lu. Car la nouveauté réside dans l'orchestration subtile du texte et de l'image documentaire, où se succèdent séquences, encarts, dépliants, chevauchements audacieux en double page… Une prouesse graphique, qui relève une maîtrise nouvelle des toutes les potentialités de la chaîne PAO-photogravure-impression. La coordination éditoriale est confiée à Élisabeth de Farcy : choix des auteurs, organisation des campagnes iconographiques… Plusieurs éditeurs et iconographes sont sur le pont ; des trésors d'illustration sont extraits des ressources patrimoniales.



« Découvertes Gallimard » prend un départ rapide : 105 titres paraissent en cinq ans ! La collection passe les frontières dès 1989, avec un premier coéditeur espagnol… 19 pays seront associés finalement à l'aventure. La collection connaît sa plus grande activité au tournant des années 1990 ; les auteurs sont majoritairement recrutés chez les universitaires et les conservateurs. La concurrence émerge dès le milieu de la décennie ; tirage et nouveautés diminueront, baisse en partie compensée par un important travail sur le fonds et une politique originale d'édition de hors série. Aujourd'hui, c'est une quinzaine de titres anciens de la collection qui sont remis à jour chaque année, suivant l'actualité culturelle et de la recherche scientifique.



L'histoire est la discipline maîtresse de « Découvertes ». Complétée par l'archéologie, riche en illustrations inédites, et l'histoire de l'art et des sciences, elle forme un socle éditorial solide. Les monographies d'artistes, souvent publiées à l'occasion de grandes expositions, sont nombreuses, avec une prédilection pour les peintres et musiciens. Mais ces deux ensembles ont tendance à laisser place ces dernières années aux monographies sur la mémoire des lieux et des grandes institutions, ainsi qu'à divers aspects sociologiques et religieux. Les « Découvertes » consacrés à des écrivains sont également plus nombreux.



La collection subit deux relookages successifs, l'un en septembre 1998 (n° 359) pour la maquette extérieure (dos de couleur, signalétique plus explicite), l'autre en mars 2000 (n° 390) pour la mise en pages intérieure (rapport texte/légende modifié, détourage et morcellement du texte moins fréquents, intertitres non soulignés…). Objectif : gagner en lisibilité linéaire sans perdre en dynamisme graphique. La partie « Témoignages et documents » est raccourcie, la pagination moyenne des volumes diminue.



Tous ces changements ne sont pas anodins. La collection, qu'on a voulu trop vite associer à une culture visuelle du zapping en même temps qu'on en louait les mérites, réaffirme son premier dessein : l'image ne prime pas le texte, elle s'allie à lui pour animer et enrichir la lecture.



La fin de l'année 2006 est marquée par la célébration du 20e anniversaire de la collection et par la parution de son 500e titre consacré à L'Art brut. A cette occasion un site web est créé pour la collection, www.decouvertes-gallimard.fr, qui proposera d'ici la fin du premier semestre 2007 le feuilletage de tous les livres de la collection et la recherche full-texte et thématique sur leur contenu textuel... un vrai outil pour une encyclopédie de notre temps.



































Vous retrouverez ces livres dans nos pages:
NRF Gallimard
A Cérilly patrie natale de Charles-Louis Philippe nous nous devons d’avoir un rayon NRF. Charles-Louis Philippe fut à l’initiative de la Nouvelle Revue Française en 1908 d’où est issue la fameuse collection blanche de Gallimard NRF, il fut soutenu dans cette entreprise par André Gide Un an plus tard André Gide était à Cérilly pour accompagner notre cérilliois dans sa dernière demeure. Le 26 mai 2011 « L’otage » de Paul Claudel fut le premier titre de la collection blanche : encore un proche de notre Philippe.
La nouvelle revue française avait pour but le renouveau de la littérature française, mais sous-jacent on retrouvait une connotation économique et sociale. En effet la plupart des auteurs réunis autour de Philippe sont issus du peuple, ce peuple qui a accès depuis peu à l’instruction publique gratuite qui est donc en capacité de raconter ses histoires et son quotidien.
Les collections chez Rageot sur Ricochet
CASCADE - CASCADE ARC-EN-CIEL - CASCADE CONTES - CASCADE PLURIEL - CASCADE POLICIER - CASCADE/RUE DES POMMIERS - HEURE NOIRE - MA PREMIÈRE AMITIÉ - MAGNUM - MAÎTRES DE L'AVENTURE - MÉTIS - PETIT ROMAN - RAGEOT - RAGEOT GRAPHIC - RAGEOT POCHE - RAGEOT ROMANS - RAGEOT THRILLER - REMAKE - ROMANS - THRILLER
NRF Gallimard ( source Gallimard)
Au début de l'année 1908, un groupe d'écrivains, parmi lesquels Eugène Montfort, Charles-Louis Philippe, Henri Ghéon, André Ruyters et Michel Arnauld (Marcel Drouin), décident de fonder une nouvelle revue littéraire. André Gide, Jacques Copeau et Jean Schlumberger participeront également au premier numéro, qui paraît le 15 novembre 1908. Mais suite à une dissension entre André Gide et Eugène Montfort, le groupe éclate. Un «second» premier numéro paraît le 1er février 1909, sans Montfort.
Dès lors, la revue paraît régulièrement et parmi ses premiers collaborateurs, outre ses fondateurs, on citera Romain Rolland, André Suarès, Paul Claudel, Léon-Paul Fargue, Valéry Larbaud et Jacques Rivière. De mai 1912 à août 1914, Jacques Copeau en assure la direction - à la suite de Jean Schlumberger - et Jacques Rivière, son secrétariat (janvier 1912-août 1914). Elle publie Alain-Fournier, Guillaume Apollinaire, Francis Carco, Jean Giraudoux, Marcel Proust, André Spire, Paul Valéry, Roger Martin du Gard
NRF en chiffres
25 Prix Goncourt
14 Prix Renaudot
26 Prix Femina
14 Prix Interallié
11 Prix Médicis
26 Grand Prix du roman de l'académie Française
Création : mai 1911
Nombre de titres parus : environ 6 500
Nombre d'auteurs édités : environ 1 800 (hors collectif)
Ventes depuis parution : 70 millions d'ex.
Meilleure vente : Albert Cohen. Belle du Seigneur (1968) : 515 000 ex
Les 15 meilleures ventes du fonds :
Albert Cohen. Belle du Seigneur (1968)
Rufin. Rouge Brésil (2002)
Queffelec. Les Noces barbares (1985) Saint-Exupéry. Vol de nuit (1931)
Camus. La Peste (1947)
Saint-Exupéry. Terre des hommes (1939)
Alexandre Jardin. Le Zèbre (1997)
Camus. L'Étranger (1942)
Pennac. Comme un roman (1992)
Pennac. Monsieur Malaussène (1995)
Sartre. Les Mots (1964)
Kessel. Le Lion (1958)
Malraux. Les Chênes qu'on abat... (1971)
Malraux. La Condition humaine (1933)
Claudel. L'Annonce faite à Marie (1912)